La saga des portraits des candidats – Remy Ayoub

Publié le par chez APACOM. Modifié le
Aujourd’hui, nous vous présentons Remy Ayoub, actuellement en recherche d’un nouveau challenge professionnel. Il revient avec nous sur son parcours et les raisons de sa candidature. En effet, à l’occasion de l’Assemblée Générale annuelle de notre association, le jeudi 31 janvier prochain, les adhérents seront amenés à voter afin d’élire de nouveaux administrateurs au sein de l’APACOM.
Votre parcours : présentez-vous en quelques lignes ; votre cursus et vos fonctions actuelle.

J’ai 35 ans et suis bordelais d’origine. Après mes études, je suis parti à Paris où j’ai réalisé l’essentiel de mon parcours dans différentes agences de communication et d’évènementiel, dans des groupes comme Publicis, Havas et Dentsu Aegis durant une dizaine d’années. Revenu sur Bordeaux il y a 2 ans, j’ai fondé un collectif de freelances, avant de repartir en poste avec des missions chez Côte Ouest et Domofrance. Je suis actuellement en recherche d’un nouveau challenge.

Vous candidatez au poste d’administrateur au sein de l’Apacom. Quelles sont les raisons de cet engagement ?

Adhérer à l’APACOM a été l’une des premières choses que j’ai faites à mon retour sur Bordeaux. Dès le début, convaincu de l’utilité de ce réseau, je me suis engagé dans plusieurs commissions (Welcom, Nuit de la Com, puis Trophées Com et 18/20) tout en participant à de nombreux évènements organisés par les autres commissions comme les matins de l’APACOM, les visites Gros Plan ou les rencontres Com & Culture.
J’ai ainsi pu saisir toutes les opportunités de rencontres et mieux connaître les acteurs de l’éco-système bordelais que je ne connaissais pas, et surtout créer de nouvelles relations professionnelles ou amicales. Aujourd’hui, cette candidature apparaît naturellement comme la suite logique à donner à mon engagement.

Quels sont les projets développés par l’APACOM pour lesquels vous apporterez votre contribution ? Avez-vous des idées complémentaires que vous aimeriez mettre en œuvre ? 

En 2019, en tant que nouvel administrateur, je souhaite reprendre le pilotage de la commission Nuit de la Com, en y intégrant de nouvelles forces vives pour faire au moins aussi bien que l’édition de l’année dernière. Je continuerai également de prêter main forte aux 18/20 avec des sujets encore très intéressants au programme, permettant de regarder différemment nos pratiques professionnelles. En tant que membre du CA, je porterai également les valeurs de l’association et serai présent pour accompagner les actions à mener selon mes compétences et les besoins.
Plus globalement, mon engagement sera porté par l’envie de développer encore davantage les occasions de rencontres entre professionnels pour échanger sur nos bonnes pratiques et l’évolution de nos métiers, en poussant la réflexion sur la forme et la qualité des contenus, via pourquoi pas d’éventuels nouveaux rendez-vous à imaginer.

Concernant votre métier de communicant, quelles sont les grandes évolutions à venir, les changements qui vont avoir un impact ?

Nous vivons dans un monde en quête de repères et de sens, avec d’importantes fractures sociales et générationnelles, où les gens ne se parlent plus ou mal, et n’ont peu ou plus confiance dans ce qu’ils lisent, voient ou écoutent. La communication a ainsi un rôle crucial à jouer. En effet, quel que soit son public (interne, clients, institutionnel), la communication est essentielle à la réussite d’une entreprise, d’une association ou d’une collectivité. Mais dans ce contexte socio-économique compliqué qui perdure, symbolisé par une mutation des réseaux sociaux, il est impératif que notre métier favorise le lien social en prônant des valeurs humaines d’échange, de transparence et d’authenticité.

A l’heure du tout numérique et de l’automatisation des outils, la communication est aussi et surtout un domaine où l’humain, de par sa personnalité et sa créativité, demeure un élément clé. Nous devons ainsi redonner de la valeur à notre métier, et aux gens qui le font, en lui donnant les moyens nécessaires à sa réussite et en luttant contre l’idée que la com’ est un “p’tit métier sympa vite fait“.

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

APACOM

Double anniversaire : Aquinum fête le Node

Du lundi 15 au vendredi 19 septembre, Aquinum et le Node soufflent leurs bougies lors [...]

Lire la suite
APACOM

Mooc : la communication publique territoriale

La filière communication progresse rapidement et nous sommes amenés à changer régulièrement de poste, d’employeur et à [...]

Lire la suite
APACOM

L’insertion professionnelle des diplômés de l’EFAP Bordeaux par secteur de la communication

Faisant suite à l’enquête réalisée sur la répartition des stages par secteur de la communication [...]

Lire la suite