Les matins de l’APACOM : rencontre avec Say, le mook économique !

Publié le par chez APACOM. Modifié le

Nous continuons notre rétrospective des #10joursdecom avec les matins de l’APACOM qui se déroulaient le 16 novembre dernier. Comme à leur habitude, les adhérents ont été reçus chez Autre ambiance pour un moment chaleureux. Guillaume-Olivier Doré nous a fait le plaisir de venir présenter la revue économique et politique qu’il a co-créée : Say. La rencontre était animée par Guillaume Petit, pilote de la commission.

Un book économique international

Avec une mère co-créatrice de la revue « 50 millions de consommateurs », nous pouvons dire que Guillaume-Olivier Doré était prédestiné au monde du journalisme. Des années plus tard, c’est à lui de lancer son propre média !

En octobre 2020, le premier exemplaire du trimestriel Say voit le jour. Le concept ? Un mook économique français mais aussi international avec 80 % d’auteurs étrangers, un choix éditorial précis, de ne jamais tomber dans l’auto-promotion mais contribuer à la recherche dans un sujet donné. La ligne éditoriale se veut social-démocrate, libérale et surtout anti-extrêmes. Le but du magazine est d’accompagner les transitions en cours, en douceur.

La genèse 

Guillaume-Olivier a plusieurs cordes à son arc : spécialiste financier avant tout, il est aussi auteur à ses heures perdues dans des médias tel que les Echos, Forbes, le Journal Du dimanche, la Tribune et cumule aussi un mandat en tant que vice-président de French Tech Bordeaux et de président à Finaqui.

C’est avec Jean Rognetta, qu’il connaît depuis 25 ans, qu’il s’est associé pour ce projet. Le groupe est indépendant et réunit une dizaine de personnes. Le magazine est édité à 5000 exemplaires et imprimé en Mayenne. Par choix, il y a très peu de publicité.

Pourquoi Say ? Le nom vient de l’économiste Jean-Baptiste Say, tout simplement.

Le futur ?

Les deux entrepreneurs pensent à un modèle digital, avec un abonnement freemium pour donner une valeur aux contenus. Il va aussi s’agir de cultiver son étroit sillon avec un affinement éditorial. GOD souhaiterait aussi établir un partenariat américain afin de s’implanter sur ce marché.

Selon lui, face à la crise mondiale liée à la pandémie de la covid-19, la France s’en sort pour le moment assez bien par rapport à ses voisins européens,  et il prévoit de gros contrastes entre pays dans les années à venir.

Au moment où nous publions cet article, Le journal « La tribune » a annoncé tout récemment la reprise du média régional Aqui !  par GOD. Encore de beaux projets à venir, en tout cas c’est tout ce qu’on lui souhaite !

 

Quant aux matins de l’APACOM,  ils vous donnent RDV dès le 11 janvier 2022 avec pour thème « médias et présidentielle » . Plus d’infos à venir sur le site de l’APACOM.

 

Emma Laouénan

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

APACOM

Objets publicitaires et développement durable : AFNOR Solutions Achats publie un guide pour les professionnels

A la demande de la Fédération Française des Professionnels de la Communication par l’Objet (2FPCO), [...]

Lire la suite

Tour d’horizon des nouveaux adhérents – Fanny Durquety

Notre tour d’horizon se poursuit et nous souhaitons la bienvenue à Fanny Durquety. Aujourd’hui chef [...]

Lire la suite

Le télétravail, une aubaine pour les communicants ?

Travailler de chez soi est désormais chose commune dans le monde professionnel : 40% des Français [...]

Lire la suite