Réseaux et partenaires : de nouvelles présidentes !

Publié le par chez APACOM. Modifié le

Avons-nous choisi le 8 mars par hasard, pour vous parler de l’élection de deux présidentes ? A vous de voir…

Alors que l’égalité salariale est loin d’être atteinte et que la parité est bien souvent un vœu pieux piètrement piétiné par le patriarcat (allitération en p comme papa), voyons le verre à moitié plein : deux des principales associations de la presse et du numérique, ici dans notre belle région, sont désormais présidées par des femmes. 

 

 

Le 7 février, Aude Ferbos est devenue présidente du Club de la Presse de Bordeaux. Un mandat riche en challenges : refonte du site internet, nouveaux chantiers et relance de la dynamique. En avant !

 

 

Autre nouvelle élue :  Sarah LAPORTE pour AQUINUM (Association des professionnels du numérique en Aquitaine). 

 

 

Aujourd’hui, gros plan sur AQUINUM : 

AQUINUM est l’association des professionnels du numérique en Aquitaine. Tout comme l’APACOM s’attache à promouvoir le métier de communicant, AQUINUM a pour objectif de valoriser les acteurs du secteur du numérique.

AQUINUM gère également le Node. Depuis 2012, cet espace de Coworking accueille les professionnels du numérique au cœur de Bordeaux. 

AQUINUM est partenaire de l’APACOM qui organise ses Ateliers Web au Node. 

Au-delà de ce partenariat, on devine rapidement une certaine porosité entre ces deux associations dont les sujets se retrouvent souvent entrelacés. Certains professionnels sont aujourd’hui adhérents de ces deux associations complémentaires.

Sa nouvelle présidente, Sarah LAPORTE s’est prêtée au jeu du “questions-réponses” : 

 

Après deux ans passés comme salariée puis 2 ans comme administratrice, vous êtes aujourd’hui  présidente de l’association Aquinum. Quel regard portez-vous sur ce parcours ?

Je suis très fière du chemin parcouru. Si quelqu’un m’avait dit il y a 4 ans lorsque je suis arrivée en alternance chez Aquinum que j’en serai aujourd’hui la présidente, je ne l’aurais pas cru. Mais pour moi, cela fait sens et s’inscrit naturellement dans mon histoire. L’association a fait beaucoup pour moi, que ce soit dans mon parcours, mon apprentissage, mes rencontres. J’estime que prendre la tête d’Aquinum me permet en quelque sorte de rendre la pareille. Ce n’est évidemment pas un challenge simple, c’est perturbant et à la fois stimulant de prendre la présidence d’une telle association, qui plus est en présidence unique sans coprésident à mes côtés. Aquinum est la plus ancienne association du numérique, avec le premier espace de coworking à Bordeaux depuis 11 ans. Je suis honorée d’avoir été élue pour la représenter. 

 

Souhaitez-vous vous inscrire dans la continuité ou bien dans la rupture ?

Cela fait déjà deux années que je suis au conseil d’administration de l’association, en soit j’apportais déjà ma vision, mes choix en tant qu’administrateur. Devenir présidente ne va pas chambouler ma façon d’agir vis-à-vis de l’association, mais peut-être engager quelques changements de position sur certains aspects de l’association… Je ne souhaite pas révolutionner l’association, mais lui donner un nouvel élan et apporter quelques changements. 

 

Quelles sont les valeurs d’Aquinum qui vous tiennent le plus à cœur ?

Ce sont celles  qui m’ont marqué dès mes premiers jours dans l’association : l’entraide, le partage autour d’une passion commune, le numérique. Aquinum, c’est comme une grande famille : celle du numérique à Bordeaux ! Ce n’est pas toujours évident en arrivant dans une grande métropole comme Bordeaux, ou en commençant dans le monde du travail, de se constituer un réseau de pairs, de trouver de l’aide ou des conseils : et pourtant j’ai toujours senti cette aide et ce soutien des autres adhérents ! Que ce soit en allant à leur rencontre lors de « meetup » ou d’événements, ou en sollicitant leur aide, en demandant des conseils… 

 

Quels sont les challenges qui vous attendent pour ce mandat ?

Un des principaux challenges sera de redynamiser l’association. Aquinum a fêté ses 11 ans à l’automne, et le constat est clair : 

  • plusieurs années ancrées dans un même modèle, 
  • une perte de vitesse et d’engouement,
  • la pandémie mondiale enclenchant avec elle un arrêt des événements qui constituaient le cœur de l’activité et de l’essence même de l’association.

Tous ces facteurs ont ralenti l’animation et la vocation d’Aquinum. Je pense que ce mandat sera le moment idéal pour relancer la machine, créer, innover et partager !

 

Propos recueillis par Muriel Munier

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

#MâleInformé, la campagne au top de l’Espace Santé Bordeaux

La com’, c’est un milieu de filles, c’est vrai. Mais les femmes n’ont pas le [...]

Lire la suite

[Inside] Zoom sur la commission Réseaux Com’ Nouvelle Aquitaine !

Cette fois, nous nous intéressons à la commission Réseaux Com’ Nouvelle Aquitaine, qui a pour [...]

Lire la suite
APACOM

L’importance du planneur stratégique

Le planneur stratégique est chargé de comprendre la marque et le consommateur afin d’orienter les [...]

Lire la suite