À L’AUBE DU DÉCONFINEMENT, LA CULTURE À TOUJOURS SON MOT À DIRE !

Publié le par chez APACOM. Modifié le

En mars (en confinement), la culture n’avait pas dit son dernier mot, en octobre (en re-confinement), la culture a toujours son mot à dire. Revenons sur cette année particulière, au fil de chroniques culturelles qui démontrent une nouvelle fois le lien fondamental entre communication et culture, et la nécessité de dialogue pour perdurer.
Nous sommes à nouveau confinés, mais toujours libres de partager de nouveaux coups de cœur, en attendant patiemment le “réveil culturel”.

2020 – 4 Chroniques culturelles

  • Acte I – La culture chez nous
    En mars dernier, le Gouvernement lançait le dispositif #Culturecheznous, créé pour faciliter l’accès à l’information culturelle et aux ressources artistiques durant le confinement.
  • Acte II – La rentrée culturelle
    En septembre, la Ministre de la Culture présentait un budget en hausse de 4,8 % par rapport à 2020, pour “s’arrimer” notamment aux mesures de soutien annoncées dès le printemps. Mais on en attend encore l’application concrète…
  • Acte III – La culture sous silence
    Lors de son allocution, mercredi 28 octobre, à l’annonce du re-confinement,  le Président n’a pas eu un mot pour la culture. Oubli, ignorance, mépris… Il semblerait que le secteur culturel soit passé à l’as. Comment analyser ce silence ? Comment envisager cette absence de communication pour la culture ?
    Rappelez-vous, la comédienne Ariane Ascaride s’en émouvait alors dans une lettre ouverte, redonnant ainsi leur voix aux oubliés de la culture. 
  • Acte IV – À l’approche du réveil culturel (réactualisé le 10 décembre)
    Le 24 novembre, dans une nouvelle prise de parole, le Président change la donne et lanceLa culture est essentielle !“... Voilà que quelques mots la rendent à nouveau vitale, parce qu’elle représente, elle interroge et questionne bien souvent notre société. Pourtant, le réveil culturel prévu pour le 15 décembre n’aura pas lieu, pas de ré-ouverture possible ! Un réel coup dur pour l’ensemble des acteurs de la culture..Ce 15 décembre, symboliquement, l’APACOM a décidé de leur donner la parole, lors d’une table ronde spéciale, ne manquez pas : le prochain rendez-vous #cometculture.    

 

NOS COUPS DE CŒUR EN (RE)CONFINEMENT…

Toujours curieux et déterminés, ils osent renouveler l’expérience… Rien que pour vous, 5 membres de la commission Com & Culture vous ouvrent à nouveau leurs cœurs…  Par ordre d’apparition :

Les sucreries de valérie : FAIRE DONS DE BONBONS

Laurence JENKEL, connue pour ses sculptures Wrapping Bonbons aux couleurs éclatantes, met son ART au service d’actions solidaires :

  • En cette fin d’Octobre Rose, elle crée, au profit de la lutte contre le cancer du sein, la sculpture BONBON ROSE  et l’offre aux Hôpitaux Universitaires de Marseille.

  • En ce début décembre, elle offre la sculpture WRAPPING BONBON GRIS SILVER à La Grande Tombola du Téléthon. À l’occasion du Téléthon, plus d’une centaine d’oeuvres d’art, objets collectors et expériences uniques sont à gagner au profit de la recherche pour les enfants atteints de maladies génétiques.

au programme d’annabelle : Des flashs et des notes

  • L’expo du confiné : une vitrine improvisée à Bordeaux pour la photo
    Max Dubois, auteur-photographe bordelais, a contourné la problématique du confinement pour l’organisation de son expo “Hit the road, Max… An American road journey“. Elle devait être présentée au mois de novembre au Richy’s shop de Bordeaux… et la décision de confinement tombe… Ni une, ni deux, il prit l’initiative de créer La Petite Galerie, au 22 de la rue Saint-Nicolas à Bordeaux, directement chez lui, à sa fenêtre, en exposant chaque jour un cliché différent de son roadtrip en Amérique. Les plus chanceux auront en prime le plaisir de faire connaissance avec Pitxixi, son chat de garde, qui veille.
    En décembre, “Noël au balcon, art pour les piétons” pour l’Avent, 24 artistes s’exposent à sa fenêtre”
    La communication de cette initiative se fait, jour après jour, sur son compte Instagram. À noter que sa communauté s’est développée au fil du confinement, au gré des échappées dans le fameux périmètre autorisé.

  • Les vibrations musicales très actuelles du Rocher de Palmer
    Chaque samedi, le Rocher de Palmer nous fait vibrer en partageant avec nous la playlist d’un membre de l’équipe, ses coups de cœur du moment et ses morceaux “feelgood” intemporels, disponibles à l’écoute sur leur site, leurs réseaux sociaux, et les principales plateformes musicales. En complément des posts de live quasi quotidiens sur leur compte Instagram, chaque dimanche, le Rocher nous dévoile sur son site et ses réseaux sociaux un mot de vocabulaire pour décrypter le jargon des concerts : alors, pour vous, ça SMAC ou ça CRASH ?

Dans les yeux de cyril… voyage immobile et joie de vivre

  • RANCINAN et GAUDRIAULT visibles virtuellement à la Galerie DX 
    Deux ans après leur dernière exposition bordelaise, retrouvez le photographe Gérard Rancinan et l’auteur Caroline Gaudriault pour leur projet “Nature morte, voyage immobile“. Présenté sur le site web de la Galerie DX, à Bordeaux, les deux artistes se confrontent à une classique de la représentation artistique : la nature morte. Une façon de voyager dans les sources d’inspiration.

  • Explorez LA JOIE DE VIVRE avec “Connaissance de l’art contemporain”
    Découvrez 8 visioconférences diffusées chaque mardi à 18h30 jusqu’au 22 décembre 2020. Cycle organisé par Christian Pallatier, historien et l’art et directeur de Connaissance de l’art contemporain.
    Branchez-vous sur Instagram : @connaissancedelart @bakeryartgallery @christianpallatier
    Imaginez combien il était tentant en ce moment de vacances de partir à la chasse aux représentations qu’offrent les artistes de nos loisirs pour répondre à des questions essentielles : Les vacances sont-elles devenues le but ultime du travail ? Faut-il recréer un Ministère du temps libre ? Comment lutter contre une modernité régressive ? Nous partageons le point de vue de Christine Macel, commissaire de la Biennale de Venise 2017 : « Dans un monde plein de conflits et de secousses, où l’humanisme est gravement menacé, l’art est la partie la plus précieuse de l’être humain. C’est l’endroit idéal pour la réflexion, l’expression individuelle, la liberté et les questions fondamentales. C’est un “oui“ pour la vie, bien que parfois un “mais“ soit derrière. Plus que jamais, le rôle, la voix et la responsabilité de l’artiste sont essentiels dans le cadre des débats contemporains ». 

BARBARA DÉAMBULE… AU GRÈS DES INITIATIVES CULTURELLES

  • Passer par l’Opéra de Bordeaux qui organise son rebond : Enregistrement discographique, captation audiovisuelle, diffusion en direct sur les réseaux sociaux… la programmation se réinvente pendant le confinement. Un élan de créativité continu salué par le Ministère de la Culture.
  • S’attarder sur le site internet du Musée des Arts Décoratifs et du Design (MAAD) de Bordeaux pour découvrir son plan interactif… Retrouvez ici la rediffusion de la visite de “Playground – Le design des sneakers” avec Constance Rubini, commissaire de l’exposition et directrice du musée, et le journaliste David Abittan !

  • Sans oublier Paris et ses nombreux musées qui proposent, eux aussi, de belles choses : autant de contenus créatifs et innovants pour ne pas perdre le fil avec la Culture. Pour en savoir plus !

nicolas VOUS INVITE À… danseR, liRE ET chanteR !

  • Dansons une minute par jour
    En 2015, la chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier danse chaque jour avec la ville, les gens, les environnements… Ce geste engagé déplace le regard, invitant à rêver autrement le monde. Un acte quotidien de résistance poétique à retrouver sur les réseaux sociaux, mais aussi dans un film : “Une joie secrète” !

 
  • Lisons la Revue Far Ouest :
    Développer un média local et indépendant est toujours un exercice fragile. Ainsi, soutenir la Revue Far Ouest, vrai produit d’information régional, c’est aider son équipe à réaliser toujours plus de contenus de qualité. Mais attention, le défi est de taille : atteindre 1 000 nouvelles souscriptions d’ici le 15 décembre, pour un média double format, à la fois web et papier. Alors, faites comme moi, encouragez le journalisme d’investigation et soutenez cette nouvelle aventure.

  • Chantons toujours nos petits bonheurs
    Tout début décembre s’éteignait la chanteuse Anne Sylvestre qui aimait chanter sur scène comme dans les champs de son enfance. Auteure des célèbres “Fabulettes“, elle a su accompagner notre vie, en prenant bien garde d’ajouter une belle épaisseur à la vie quotidienne. On retiendra qu’elle aimait le mot coquelicot, tout comme “Les gens qui doutent“.

 

La Commission Com’ et Culture :
Nicolas CHABRIER avec le soutien de Julien BARBE
et les contributions de Valérie BECQUELIN-GLEIZES, Annabelle DENIS, Cyril JOUISON et Barbara RIFF.
 

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Portraits des candidats : Laëtitia Richez

Laëtitia Richez, candidate au conseil d’administration de l’APACOM, nous parle des raisons qui la poussent [...]

Lire la suite

Un matin de l’APACOM avec 20 minutes

Mardi 12 novembre dernier s’est déroulé à la Maison de l’Eau le matin de l’APACOM [...]

Lire la suite

Tour d’horizon des nouveaux adhérents – Olivier Quero

Cette semaine, nous souhaitons la bienvenue à l’un de nos nouveaux adhérents, Olivier Quero, Responsable [...]

Lire la suite