Professionnels de l’événementiel d’entreprise : s’adapter à de nouvelles pratiques communicationnelles

Publié le par chez APACOM. Modifié le

La crise de la Covid-19 ayant profondément bouleversé le secteur de l’événementiel, les professionnels du marché du MICE (Meeting, Incentive, Convention, Events) doivent s’approprier de nouvelles pratiques communicationnelles pour continuer à répondre aux attentes de leurs clients. Face à l’avenir incertain de ces métiers, l’APACOM a voulu donner la parole aux acteurs du secteur en invitant les dirigeants de l’agence Avant Scène, spécialisée dans l’organisation d’événements d’entreprise, à venir témoigner. Une rencontre organisée par la commission APACOM 64.

 

 

Des prévisions optimistes pour le marché du MICE

Entre 2016 et 2019, l’activité du marché du MICE remonte tout doucement la pente après la crise économique de 2008. On retient tout de même une activité très irrégulière qui se caractérise surtout par une baisse des dépenses des entreprises dans l’organisation d’événements internes : les événements professionnels durent moins longtemps, les entreprises organisent moins d’événements (moyenne de 3 par an) et les participants sont moins nombreux. Les structures continuent cependant à vouloir se rassembler physiquement, mais ce de manière différente. De nouvelles préoccupations, liées au respect de l’environnement et au bien-être des employés, entrent en compte dans l’organisation des événements d’entreprises. 

Les professionnels du secteur du MICE étaient alors plutôt optimistes quant à l’avenir de leur métier puisqu’en 2018, plus de 380 000 événements ont été organisés, générant 32 milliards d’euros de retombées financières.

 

Le marché du MICE, durement impacté par la Covid-19

La crise de la Covid-19 a malheureusement entravé l’avenir encourageant qui se dessinait pour les professionnels de l’événementiel d’entreprise. Le secteur du MICE a été l’un des premiers à subir immédiatement la crise sanitaire en voyant les annulations successives des événements. Les rencontres comme les assemblées générales ou les congrès, qui rassemblent énormément de participants et requièrent de longs déplacements, ont été les plus impactées. Selon une étude d’Atout France menée sur les événements prévus au printemps-été 2020, 91% des répondants évoquent une annulation ou un report de ces grands événements, contre seulement 45% pour les plus petites rencontres telles que les séminaires. Dans le prolongement de ces résultats, les lieux recevant les événements professionnels ont également été très impactés puisque 73% d’entre eux ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer de plus de 50% en 2020. 

 

Une fenêtre d’espoir s’ouvre toutefois aux professionnels du secteur du MICE avec l’apparition de l’événement numérique et hybride. Les commanditaires des événements souhaitant maintenir le lien avec leurs clients et collaborateurs sont prêts à s’adapter à de nouveaux formats grâce aux possibilités qu’offre le numérique. Une étude récemment menée par l’ICCA (International Congress and Conventional Association) sur ses adhérents montre que “84% d’entre eux ont l’intention d’inclure des éléments hybrides ou numériques aux événements à venir, avec l’opinion générale qu’ils devraient conduire à une augmentation de la fréquentation”. Cependant, les répondants restent mitigés quant au succès final des événements numériques et hybrides, qu’ils estiment limité par rapport à l’événement plus traditionnel.

 

Quel AVENIR pour le marché du MICE ? 

Depuis la reprise des activités, les entreprises expriment encore plus ce besoin de se retrouver physiquement, même si cela implique un plus petit nombre de participants. Les professionnels de l’événementiel d’entreprise doivent donc s’adapter en créant des formats de rencontre en comité réduit, dans des endroits insolites, et tout cela en respectant un protocole sanitaire strict pour préserver la sécurité de chacun. 

Les événements numériques et hybrides, de plus en plus nombreux, ont fait naître de nouveaux besoins et préoccupations. Des sujets comme la confidentialité de données numériques, la maîtrise de son impact carbone ou encore le bien-être des clients et collaborateurs, ont pris une tout autre ampleur depuis que les pratiques communicationnelles se sont davantage tournées vers le digital. 

L’événement hybride ou numérique ouvre le champ des possibilités et permet de créer des moments uniques, originaux et immersifs. Début 2020, l’agence Avant Scène a organisé le projet Virtual Harmony : l’objectif était d’offrir un spectacle à 360° aux participants installés autour d’un dôme géodésique, le tout accompagné d’un concerto de violons positionné à l’intérieur de celui-ci.

 

 

 

Face à ces nouveaux formats, les professionnels du secteur doivent redoubler de créativité pour créer des rencontres dynamiques et interactives, tout en tenant compte des outils et contraintes numériques. “Il est important de préserver l’émotion lors d’un événement numérique pour pouvoir capter l’attention des participants”, confie Pascale BULTEAU, Directrice de l’agence Avant Scène.

 

 

Emilie Sadeyen

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

TBM place le conducteur au coeur de sa nouvelle websérie

L’année 2020 démarre fort pour le réseau de transports publics de la métropole bordelaise TBM. [...]

Lire la suite

Instagram : vers la fin des « likes » ?

Incroyable…mais vrai ! Instagram souhaiterait supprimer le nombre de likes apparaissant sous chaque publication. Pour [...]

Lire la suite
APACOM

Une agence, un style : Nutrikéo

Nutrikéo est à l’honneur de la nouvelle édition « une agence, un style », destinée à découvrir ou [...]

Lire la suite