La communication olfactive

Publié le par chez APACOM. Modifié le

Dans la vie de tous les jours, nous communiquons par nos 5 sens de façon volontaire et involontaire. La communication promotionnelle utilise surtout la vue et l’ouïe, les plus simples à mettre en pratique et donc les plus utilisés. Puis viennent le toucher, le goût et enfin l’odorat, ce dernier s’appliquant en premier lieu à la parfumerie, aux produits de nettoyage et à l’alimentation.

Mais l’exploitation de l’odorat au service du produit, s’est considérablement développée sur des secteurs d’activité dont l’aspect olfactif n’est pas le plus évident.

Certes nous connaissons tous l’odeur agréable du pain chaud qui titille nos papilles aux abords d’une boulangerie, mais est-il si évident de provoquer l’effet « madeleine de Proust » en entrant dans un magasin de jouets, une concession automobile ou une boutique de prêt-à-porter féminin?

Plusieurs études de psychologie cognitive sur l’effet des odeurs montrent que la perception face à un objet ou un mot varie selon l’odeur diffusée. On constate que par rapport à une odeur neutre la réaction est plus positive si une odeur agréable est diffusée, et plus négative avec une odeur désagréable.

Certaines entreprises spécialisées créent un parfum, une identité propre, telle un logo olfactif diffusé en magasin ou directement sur le produit, de manière à faire ressentir la sensation voulue. Le bien-être, le dynamisme, le glamour ou tout autre ressenti peuvent être synthétisés et exploités pour que la marque y soit immédiatement associée. Par exemple des enseignes comme Zadig et Voltaire, Conforama ou Le Comptoir des Cotonniers utilisent un parfum d’ambiance (source : www.parfum-indigo.com)

Il n’est pas prouvé que cela augmente considérablement les ventes mais l’impact en termes de développement de temps de présence dans les magasins, et l’affectif des clients vis-à-vis de la marque, sont clairement établis.

« L’Odorama », toujours en cours de perfectionnement pour le cinéma, sera-t-il un jour appliqué aux sites web ou émissions TV ? Si oui, espérons que les spams et autres espaces publicitaires en seront dépourvus !

Pour en savoir plus : Communication olfactive – Psychologie cognitive – Odorama

Frédéric Utrera

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Et toi, tu fais quoi dans la vie ?

Céline Réveillac, administratrice de l’APACOM et responsable de la commission Com Avenir, réagit à un [...]

Lire la suite

Un guide collaboratif pour communiquer en période de Covid-19

Comment communiquer auprès de ses clients et prospects, alors que l’Organisation Mondiale de la Santé [...]

Lire la suite

Agir pour un numérique plus responsable

Green-it, numérique responsable, sobriété numérique, big data éthique… le web, véritable système nerveux central de [...]

Lire la suite