Tour d’horizon des nouveaux adhérents : Marie Candau

Publié le par chez APACOM. Modifié le

L’APACOM souhaite la bienvenue à Marie Candau, Responsable de communication chez Météorage à Pau.  

 

Racontez-nous votre parcours… 

Béarnaise pure souche, j’ai toujours été attirée par le graphisme et la littérature.
Aussi, fraichement diplômée du baccalauréat littéraire, je me suis orientée vers une carrière de communicante, au départ sans trop savoir où je mettais les pieds…
J’ai intégré l’Institut St Dominique à Pau, où en 2007 j’ai obtenu mon BTS « Communication des Entreprises » et un DEESCOM à l’IEC Pau, un an plus tard. Par la suite, j’ai rejoint l’ESC Pau où j’ai décroché mon Master avec une spécialité « Développement Commercial et Communication » (Promotion 2011).

J’ai eu la chance de réaliser la quasi-totalité de mon parcours scolaire en alternance au sein du groupe Total à Pau pendant près de 3 ans. Intégrée dans un service avec une vocation technique, j’ai alors pu apporter mes compétences littéraires en gérant des projets entièrement dédiés à la communication (événementielle, multimédia, externe, interne, etc.), d’envergure nationale et internationale.
Quelques mois dans une agence paloise par la suite, puis quelques années passées à Bordeaux, un passage dans les assurances,… j’ai finalement été accueillie chez Météorage à Pau en 2014 pour un retour à la fois en terres béarnaises et dans mon domaine de prédilection.
Au départ, je devais rester 3 mois… Sept ans plus tard, je suis toujours la tête dans les orages et j’occupe aujourd’hui le poste de Responsable de la Communication.

 

 

 

 

Qu’est-ce qui vous passionne dans la communication ?

Au fur et à mesure de mon parcours et de mes expériences, j’ai découvert un univers qui cachait en réalité tout un éventail de métiers et de domaines, en constante évolution ; de la rédaction de contenu, à l’infographie, au community management, au digital, aux relations presse, ou encore à l’événementiel.
Travailler dans la communication, c’est évidemment un peu de tout cela à la fois.
Et c’est cette diversité qui me plait : un domaine qui nécessite de se renouveler sans cesse sans pour autant perdre de vue que l’objectif principal reste de transmettre un message, à la bonne personne, de la bonne manière, au bon moment et au bon endroit.
Et j’y ai trouvé mon compte il semblerait, puisque 10 ans après : j’apprends toujours et je suis encore de la partie…

 

Quel serait l’événement marquant dans votre carrière de communicant ? 

Il y en a tant. Mon expérience dans l’événementiel me ferait citer les 30 ans de Météorage en 2017 : organiser un événement rassemblant plus de 300 personnes pour l’anniversaire de notre PME paloise à Paris fut un sacré défi, révélateur d’une mobilisation de toutes nos équipes en interne. Ou encore lors de mon passage chez Total, l’Année Internationale de la Planète Terre, un projet à échelle internationale pour lequel le groupe était mécène et grâce auquel j’ai pu collaborer avec des acteurs différents comme le BRGM ou le Ministère de l’Education Nationale. Un événement particulièrement marquant pour la jeune apprentie que j’étais à l’époque.

Mais il y a également les défis de tous les jours qui sont des étapes importantes dans le quotidien du communicant. Météorage opère essentiellement en BtoB, les messages doivent donc être particulièrement ciblés. Aujourd’hui, chaque formulaire de contact rempli, chaque demande de rappel après un webinar, chaque clic sur nos posts réseaux sociaux sont également des éléments marquants : c’est le symbole que le message a été clair, qu’on a visé juste et que le besoin est réel.

 

Comment envisagez-vous l’avenir des métiers de la communication ? 

Les dernières années ont été tellement chamboulées… Je retiendrai l’importante capacité des annonceurs à avoir adapté leurs canaux et leurs modes de communication pour ne pas perdre le fil.

Ces deux dernières années à n’œuvrer quasiment qu’en digital révèlent aujourd’hui que nous avons besoin d’un retour sur le terrain, de recréer du lien social. Toutefois, nous avons appris de cette période que désormais il sera certainement primordial d’être actif de manière hybride, d’être présent sur tous les canaux, à la fois digitalement et physiquement.

Je reste persuadée du potentiel des métiers de la communication à se réinventer sans cesse, à évoluer avec son temps et ses nouvelles technologies ainsi qu’à relever les défis environnementaux comme sociétaux. Nous avons constamment au fil du temps dû réinventer notre façon d’approcher nos interlocuteurs : aujourd’hui, l’occasion nous est peut-être donnée de communiquer différemment. Alors communiquons !

 

 

Propos recueillis par Emilie Sadeyen

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

En Chine, le tout nouveau présentateur clone IA

La Chine, leader sur le marché de l’intelligence artificielle, n’a pas fini d’innover. L’agence de [...]

Lire la suite
APACOM

Aidons la Banque Alimentaire avec un projet collaboratif

En s’inspirant du phénomène Barcamp (méthode de travail participative destinée aux professionnels du numérique pour [...]

Lire la suite

Quels changements pour les agences de communication ?

Depuis quelque temps maintenant, de nouvelles formes d’agences apparaissent. Elles suivent la tendance qui répond [...]

Lire la suite